Le Panta Théâtre

Le Panta, un théâtre pas tout à fait comme les autres ...

Le Panta Théâtre

Panta Théâtre

24 rue de Bretagne

14000 Caen

02 31 85 62 00

Panta Théâtre

Hall d'accueil

 

Le Panta Théâtre est un lieu pas tout à fait comme les autres qui a pignon sur rue depuis bien longtemps déjà à Caen et nous souhaitions le mettre en avant par un portrait et vous présenter la saison 2017/2018.

Véro Dahuron et Guy Delamotte nous le présentent.

Le Panta est une compagnie de théâtre conventionnée par l’état, la direction régionale des affaires culturelles, le conseil régional de Normandie, le département du Calvados et la ville de Caen. Elle est installée dans ce lieu depuis1991, c’était à l’origine un hangar, en tôles ondulées et murs en béton, un dépôt de charbon et garde-meuble qui a été aménagé petit à petit en théâtre et lieu de travail. On y retrouve un hall d’accueil avec un bar, une salle de cent vingt places avec un très beau plateau (treize mètres de mur à  mur et jusqu’à dix huit mètres de profondeur), une librairie.

Dès que nous avons pris ce lieu, nous avons voulu que ce soit d’abord un lieu de travail, d’échange, de laboratoire, nous n’avons pas situé le projet comme étant un projet de lieu de diffusion, d’accueil de spectacles. Parce que d’une part il y avait déjà d’autres structures qui faisaient de la programmation donc nous ne nous sommes pas situés sur ce créneau là, c’est avant tout un lieu de travail, nous sommes plutôt sur des écritures contemporaines, au niveau des créations déjà, nous répétons ici, nous créons ici et après cela part en tournée en France ou à l’étranger, notamment  cette année.

 

Quelques mots sur les spectacles.

Nous avons créé « Espia a una mujer que se mata » avec Daniel Véronèse auteur argentin, une variation autour de Tchékhov qui sera présentée les 10,11,et 12 janvier 2018 à 20h puis en janvier et février à Troyes, Neufchâtel, Helsinki et Riga.

Nous avions déjà proposé « Tristesse Animal Noir » de Anja Hilling, plusieurs travaux sur Dostoïevski « Les démons« , « Le rêve d’un homme ridicule », « L’Idiot » et le dernier « Les Frères Karamasov » et puis des créations « Plus loin que loin » de Zinnie Harris, un texte de Frédéric Sonntag, des créations vraiment contemporaines.

Et puis des objets plus particuliers qu’a pu mener Véro, un premier travail qu’elle a fait autour de Frida Kahlo d’après sa biographie et ses écrits il y a plus de vingt ans donc à l’époque où on n’en parlait pas. Ensuite un autre travail particulier autour de Dina Modotti, une photographe italienne qui a émigré au Mexique, compagne de ‘Edward Weston le grand photographe, et qui a été mêlée à tout le mouvement politique au Mexique voire en Union Soviétique, la guerre d’Espagne et qui a terminé assassinée à Mexico. C’était tout un travail via les outils multi médias pour les interviews au Mexique sur son œuvre, avec un biographe, un photographe. Un autre travail qu’elle a mené sur « Blast » avec Philippe Malone à partir d’interviews sur la question du choc. « Que nous reste d’un évènement qui nous frappe dans le monde, comment cela perturbe nos vie ? »                                 

Et puis dernièrement un travail sur « Broken » autour des accidents de la vie, le 5 octobre à la Maison de l’Étudiant, les 20 et 21 décembre 2017 à 20h au Panta et les 15,16 et 17 mai 2018 au théâtre de l’Aquarium à Paris.

Le prochain travail que nous allons mener sera avec Pascal Rambert, un texte que Pascal a écrit pour Véro et moi sur lequel il nous mettra en scène, du 19 au 23 mars 2018 à 20h puis à l’Aquarium du 9 au 23 mai 2018.

 

 

Espia a una mujer que se mata

 

Un travail sur les écritures est également mené, ce qui implique la venue d’auteurs. Un comité de lecture est mis en place, avec plus de trois cent textes reçus, une sélection est faite et ces textes rejoignent un fond de documentation en lien avec la bibliothèque de Caen (deux mille textes environ, manuscrits, textes étrangers traduits).

Ce comité de lecture est composé d’une vingtaine de membres, des jeunes, des moins jeunes et chaque année, on invite l’auteur du texte coup de cœur. Cette année, ce sera Michel Simonot pour son texte « Delta Charlie Delta » ou le fait divers de deux jeunes qui se sont réfugiés dans un transformateur.

Nous menons aussi ce qu’on appelle le « Godot » des lycéens, il est proposé à quinze classe de toute l’académie (de l’ex Basse Normandie, Manche, Calvados, Orne) de lire six textes dont un texte étranger traduit. Ils font un travail de lecture avec leurs enseignants et de découverte de ces textes, puis les délégués de ces classes se retrouvent ici pour discuter, argumenter et choisir un texte qui sera le texte lauréat. L’auteur est invité à rencontrer toutes ces classes qui auront travaillé avec une comédienne qui les aidera à mettre un texte en lecture. Quelques extraits du texte de l’auteur lui seront proposés lors de sa venue. Ces jeunes de troisième, seconde, première ont vraiment le doigté pour choisir des textes souvent très difficiles et très durs. Des ateliers de lectures sont aussi réalisés dans des lycées, des lieux de formation des maîtres, cette année Simon Grangeat accompagnera ce travail.

Les rencontres dans le cadre des « Scènes de lecture » avec des auteurs se passent dans le hall dans un format de convivialité, lectures d’extraits, discussions… souvent au regard des spectacles qui traversent la saison.

Le mercredi 11 octobre 2017 à 19h avec Michel Simonot, choix du comité de lecture pour sa pièce « Delta Charlie Delta »

Le mercredi 29 novembre 2017 à 19h, mise en lecture d’Histoire de la violence par Laurent Hatat

Les jeudi 7 décembre 2017 et 25 janvier 2018 à 19h, deux rendez vous avec Simon Grangeat

Le jeudi 8 février 2018 avec François Rancillac et Marie Balmary, après la représentation « Cherchez la faute ! »

Le lundi 19 mars 2018 avec Pascal Rambert, après la représentation « Reconstitution« .

Le jeudi 19 avril 2018 avec Fabrice Melquiot et Robert Bouvier, après la représentation  « Le poisson combattant »

Michel Simonot

 

Il y a un grand temps fort ici c’est « Écrire et Mettre en Scène Aujourd’hui » : auteurs, metteurs en scène, traducteurs sont invités avec des acteurs autour d’un texte en finalisation d’écriture, travail autour des dramaturgies étrangères. Après la Macédoine, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Argentine, cette année ce sera l’Espagne, je trouve que c’est un beau dispositif qui permet de découvrir ce qui se fabrique dans un pays, pourquoi on écrit de telle façon, en fonction de l’histoire du pays, de sa problématique politique.

Présentations publiques les mardi 3 et samedi 14 avril 2018

 

Nous avons deux petites fenêtres très modestes pour accueillir des spectacles « d’ailleurs », on essaie que ce soit sur des formes particulières. Nous allons accueillir Francois Rancillac autour de « Cherchez la Faute ! » sur des textes de Marie Balmary qui travaille sur des textes sacrés, le jeudi 8 février 2018 à 20h.

Et le jeudi 19 avril 2018 à 20h, « Le poisson combattant » de Fabrice Melquiot

 

Le mardi 28 novembre 2017 à 20h, un film documentaire de Daniel Cling sera présenté « Une aventure théâtrale, 30  ans de décentralisation »

 

Enfin dans le cadre des « Spectacles Nomades« , le mercredi 18 octobre 2017 à 20h, « Shut up ! et Titre Inachevé » par la compagnie Silenda.

 

Titre Inachevé

 

Voilà ce qu’est le Panta, nous sommes ravis de la fréquentation, nous avons une carte d’abonnés « Complice » mais nous fonctionnons surtout sur la fidélité.

Merci à toute l’équipe du Panta de nous avoir présenter ce lieu, pour leur accueil chaleureux et leurs beaux projets.

Partager sur :
Par Maryline Bart, le .

Crédits

Panta Théâtre

Droits réservés

Tristan Jeanne-Valès

Sébastien Laurent